Javascript is currently disabled. This site requires Javascript to function correctly. Please enable Javascript in your browser!

Bienvenue sur le site de Kernos           

Fondée en 1987, Kernos est la seule revue scientifique entièrement consacrée à l’étude des faits et phénomènes religieux de la Grèce antique. Elle a pour ambition de fournir aux chercheurs en ce domaine, mais aussi à toute personne intéressée par les questions religieuses, un instrument de réflexion et des outils de travail pour progresser dans la connaissance du système religieux des Grecs. L’image du kernos, un récipient à cupules multiples notamment utilisé pour l’offrande des prémices, est une métaphore de l’orientation résolument pluridisciplinaire de la revue.

Chaque numéro annuel de Kernos offre des contributions originales sous la forme d’articles peer reviewed, ainsi qu’une série de chroniques qui font le point sur l’actualité de la recherche. Ainsi, chaque année, l’Epigraphic Bulletin piloté par Angelos Chaniotis présente de manière critique les publications éditant ou commentant des inscriptions relatives au domaine religieux. La Chronique archéologique, à laquelle collabore toute une équipe, fait de même dans le domaine de l’archéologie. La Chronique bibliographique fait écho à l’actualité immédiate des publications sous la forme de comptes rendus critiques pour les ouvrages envoyés à la revue et d’un inventaire analytique des articles.

Depuis 1992, une collection est venue s’ajouter à la revue elle-même, sous la forme de suppléments. Elle compte à la fois des monographies et des actes de colloques, notamment les actes des colloques bisannuels du Centre International d’Étude de la Religion Grecque sous l’égide duquel paraissent ces différentes publications.

Comité de rédaction

André Motte (Université de Liège), directeur ; Vinciane Pirenne-Delforge (Université de Liège), secrétaire scientifique ; Stéphanie Paul (Université de Liège), assistante de rédaction ; Pierre Brulé (Université de Rennes 2) ; Claude Calame (École Pratique des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris) ; Angelos Chaniotis (Institute for Advanced Study, Princeton) ; Emilio Suárez de la Torre (Université ‘Pompeu Fabra’, Barcelone) ; Didier Viviers (Université libre de Bruxelles) ; Emmanuel Voutiras (Université de Thessalonique).